Cette cérémonie de la Veillée pascale est une pure merveille ! D'une très grande richesse liturgique, elle a pour but de rappeler et signifier comment la Vie et la Grâce ont jailli pour nous de la mort du Seigneur :
- de même que la lumière du cierge pascal jaillit dans la nuit et l'éclaire tout entière,
- de même le Seigneur, "Lumière du monde", est la lumière qui dissipe les ténèbres de nos péchés.

C'est pourquoi la Veillée pascale doit se célébrer entièrement de nuit : elle ne commence qu'à la nuit tombée et doit être terminée avant l'aube du dimanche. Elle se compose de 4 parties :

I- l'office de la lumière et l'annonce de la Pâque
II - la liturgie de la Parole
III - la liturgie baptismale
IV - la liturgie eucharistique

Dans cette magnifique progression, la vie renaît, la joie éclate ! La liturgie l'exprime par les signes habituels  de joie : ornements blancs, Gloria (retour des cloches... ), Alléluia, fleurs et musique.


 I - L'office de la lumière et l'annonce de la Pâque

La veillée commence à l'extérieur, autour du feu nouveau. A l'intérieur de l'église, toutes les lumières sont éteintes. (S'il n'est pas possible de faire le feu à l'extérieur, cette partie se fait au fond de l'église : il existe un matériel adapté pour cela).

- Préparation et bénédiction du feu nouveau

- Préparation du cierge pascal :
Sur le cierge, le prêtre grave une croix, les lettre grecques "alpha" et "omega" et les 4 chiffres du millésime de l'année. Simultanément, il prononce les paroles :
"le Christ, hier, et aujourd'hui" (bras vertical),
"Commencement et fin de toutes choses" (bras horizontal)
"Alpha" (première lettre de l'alphabet grec)
"et Omega", (dernière lettre de l'alphabet grec)
"à Lui le temps",
"et l'éternité",
"à Lui la gloire et la puissance",
"pour les siècles sans fin. Amen"

Ensuite, il implante dans le cierge 5 grains d'encens disposés en forme de croix (rappel des 5 plaies de Jésus qu'Il va garder après sa Résurrection), en disant :
"par ses sainte plaies, ses plaies glorieuses, que le Christ Seigneur nous garde et nous protège. Amen"

- Puis le prêtre allume le cierge pascal avec une braise venant du feu nouveau.
Ce cierge représente Jésus venu illuminer nos ténèbres. Il entre maintenant solennellement dans l'église encore obscure.
Le cierge pascal restera allumé pendant tout le temps pascal, à chaque messe.
Il sera conservé dans l'église tout au long de l'année : on le rallume pour les baptêmes.

- Avant de commencer la procession d'entrée, le célébrant lève bien haut le cierge pascal en chantant "Lumière du Christ", ce à quoi les fidèles répondent joyeusement "Nous rendons grâces à Dieu ! ". Cette acclamation se répète encore deux fois, à l'entrée dans l'église, puis en arrivant devant l'autel.
Simultanément, on allume les cierges de tous les fidèles à une flamme venant du cierge pascal, puis tous pénètrent dans l'église. On allume alors toutes les lumières de l'église pour :

- L'annonce de la Pâque : "Exultez de joie, multitude des anges…"
C'est le chant de "l'EXULTET" devant le cierge pascal : enthousiasme et joie débordante !
"Exultet" est le premier mot du chant solennel (en latin) qui exprime l'explosion de joie de l’Église au moment de la Résurrection.

II - Liturgie de la Parole

- Lectures où l'on rappelle l'histoire de notre salut et les bienfaits de Dieu en faveur de son peuple. Ces lectures sont un ultime enseignement donné aux catéchumènes qui vont être incorporés au Christ par le baptême, mais elles sont profitables à tous.
- Gloria, avec le retour des cloches.
- Collecte (prière d'ouverture)
- Épître (Rm 6, 3-11)
- Chant solennel, à trois reprises, de l’Alléluia (disparu depuis le Mercredi des cendres)
- Évangile et homélie

III - Liturgie baptismale

- Litanies des saints
- Bénédiction de l'eau baptismale : le célébrant y plonge trois fois le cierge pascal, symbole de Jésus communiquant sa fécondité à l'eau qui va engendrer de nouveaux fils adoptifs de Dieu
- Baptême et confirmation s'il y en a
- Bénédiction de l'eau (eau bénite, différente de l'eau baptismale)
- Rénovation des promesses de notre baptême : on rallume les cierges des fidèles.
Cette cérémonie, au cours de la nuit pascale, est l'occasion de nous faire, chaque année, revivre notre propre baptême et de nous unir toujours davantage au mystère pascal "Mort et Résurrection du Seigneur", qui est à l'origine de ce sacrement.
Renouveler chaque année les promesses de notre baptême, s'engager pour toujours à la suite de Jésus, est source de grandes grâces pour notre vie chrétienne. Mais cela implique auparavant de nous détacher réellement de tout ce qui nous éloignerait de Lui.
C'est pourquoi cette profession de foi se passe en deux temps : d'abord "renoncer à Satan, au péché et à ce qui conduit au péché", avant de faire notre profession de foi en Dieu, Père, Fils et Saint-Esprit et en son Église.
- Après la rénovation des promesses du baptême, le célébrant asperge les fidèles avec l'eau qu'il vient de bénir.

Cette rénovation des promesses du baptême a un grand prix aux yeux de l’Église et nous obtient une indulgence plénière.
(Sur les indulgences : voir après le dernier chapitre, fête des défunts le 2 novembre).

IV - Liturgie eucharistique

La Veillée pascale se termine ensuite avec
- la préface,
- le canon de la Messe, avec le retour de la Présence réelle à la Consécration.
- la communion qui nous unit à Jésus ressuscité.

Les nouveaux baptisés font alors leur première communion. Ils reçoivent ainsi, en cette nuit de la Résurrection, les trois sacrements de l'initiation : Baptême, Confirmation et Eucharistie.
Renés par le Baptême, les fidèles sont fortifiés par la Confirmation et nourris par l'Eucharistie. (CEC Abrégé 251)