CD/34 – ÉVANGILE POUR LE 13° DIMANCHE DU T.O.

En partant du dessin, expliquer cet évangile aux enfants pour les en faire vivre.

Récit (Lc 9, 51 – 62)

Comme le temps approchait où Jésus allait être enlevé de ce monde, il prit avec courage la route de Jérusalem.
Il envoya des messagers devant lui ; ceux-ci se mirent en route et entrèrent dans un village de Samaritains pour préparer sa venue.
Mais on refusa de le recevoir, parce qu’il se dirigeait vers Jérusalem.
Devant ce refus, les disciples Jacques et Jean intervinrent : « Seigneur, veux-tu que nous ordonnions que le feu tombe du ciel pour les détruire ? »
Mais Jésus se retourna et les interpella vivement.
Et ils partirent pour un autre village.
En cours de route, un homme dit à Jésus : « Je te suivrai partout où tu iras. »
Jésus lui déclara : « Les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer la tête. »
Il dit à un autre : « Suis-moi. » L’homme répondit : «Permets-moi d’aller d’abord enterrer mon père.»
Mais Jésus répliqua : « Laisse les morts enterrer leurs morts. Toi, va annoncer le règne de Dieu. »
Un autre encore lui dit : « Je te suivrai, Seigneur ; mais laisse-moi d’abord faire mes adieux aux gens de ma maison. »
Jésus lui répondit : « Celui qui met la main à la charrue et regarde en arrière n’est pas fait pour le royaume de Dieu. »


Faire remarquer sur le dessin…

Jésus se trouve au carrefour de trois chemins. Un homme vient de Le quitter (route de droite). Un autre (route du milieu) va rejoindre deux hommes qui sortent de la ville (tout au fond à gauche) en portant un cercueil ;
un troisième, tout en regardant Jésus, s’apprête à partir dans la direction opposée, ce qu’il indique du doigt.

Au-dessus de Jésus, une “bulle”, sortant de sa bouche, contient les paroles de Jésus à ses interlocuteurs, illustrées (en partie) par un oiseau dans son nid et une tête de renard à l’entrée de son terrier.


Vérités à transmettre

Cet évangile nous révèle les exigences de la vocation chrétienne :

1 – “Je te suivrai partout où tu iras…” Celui qui veut Le suivre, Jésus le prévient de ce qui l’attend, sans cacher la réalité : “le Fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer la tête”. Il faudra accepter de vivre comme Lui, sans confort et même dans la pauvreté, détaché de tout, pour rester entièrement disponible au service du Royaume de Dieu…

2 – Jésus en appelle un autre à Le suivre : celui-ci veut d’abord “aller enterrer son père”. Jésus ne condamne pas une affection légitime, mais lui fait comprendre qu’il est plus important encore d’annoncer le règne de Dieu.

3 – Le troisième est partagé : sa tête est tournée vers Jésus, mais son doigt indique qu’il part dans une autre direction. Il veut bien suivre Jésus, “mais…”. Il n’a pas le détachement nécessaire aux vrais disciples.

On ne peut suivre Jésus, ni être son disciple, sans prendre les moyens qu’Il nous indiquait dimanche dernier : “se renoncer et prendre sa croix chaque jour”. Pour suivre Jésus, il faut être prêt à tout quitter.
Et, lorsqu’on est appelé, c’est tout de suite et sans hésitation qu’il faut répondre, comme ont fait les apôtres qui ont tout quitté pour le suivre (Mt 4, 22 – 9, 9 – Mc 10, 28 – Lc 18, 28).

Attitudes d’âme à faire partager

– Confiance en Jésus : Le suivre même quand c’est difficile, quand il faut souffrir, ayant la certitude qu’Il nous donnera toujours la force – la grâce – dont nous avons besoin, si nous la lui demandons.
– Détachement : les choses matérielles nous alourdissent, nous font pencher vers la terre. Pour donner toujours la préférence à Jésus et à la vie spirituelle, Il faut se dégager du matériel, se désencombrer, “s’alléger”.
– Dévouement : se donner aux autres, les aimer pour l’amour de Dieu, penser à voir Jésus en eux, sans regarder en arrière quand on s’est engagé dans le service de Dieu, même dans les moments difficiles.


Pour prier

Cherchez d’abord le royaume de Dieu et tout le reste vous sera donné par surcroît. (Lc 12, 31)

Celui qui ne porte pas sa croix et ne marche pas à ma suite ne peut être mon disciple. (Lc 14, 27)

Celui qui met la main à la charrue et regarde en arrière n’est pas fait pour le royaume de Dieu. (Lc 9, 62)