CF/12 – ÉVANGILE POUR LA FÊTE DE L’ASCENSION

En partant du dessin, expliquer cet évangile aux enfants pour les en faire vivre.

Récit (Lc 24, 46 – 53)

Jésus ressuscité apparaissant à ses disciples, leur disait :
« Il fallait que s’accomplisse ce qui était annoncé par l’Écriture : les souffrances du Messie, sa résurrection d’entre les morts le troisième jour,
et la conversion proclamée en son nom pour le pardon des péchés à toutes les nations, en commençant par Jérusalem.
C’est vous qui en êtes les témoins.
Et moi, je vais envoyer sur vous ce que mon Père a promis. Quant à vous, demeurez dans la ville jusqu’à ce que vous soyez revêtus d’une force venue d’en haut. »
Puis il les emmena jusque vers Béthanie et, levant les mains, il les bénit.
Tandis qu’il les bénissait, il se sépara d’eux et fut emporté au ciel.
Ils se prosternèrent devant lui, puis ils retournèrent à Jérusalem, remplis de joie.
Et ils étaient sans cesse dans le Temple à bénir Dieu.


Faire remarquer sur le dessin…

Jésus s’élève au-dessus du groupe de ses disciples ; ceux-ci ne Le quittent pas des yeux.
Tout en s’élevant, Il les bénit.
Au premier plan se trouve Marie, sa Mère, les mains jointes. Recueillie dans une profonde prière, elle contemple son Fils qui remonte au Ciel, d’où Il était venu pour sauver les hommes.


Vérités à transmettre

À Noël, Jésus était venu sur la terre dans le silence et l’humilité. Aujourd’hui, en présence de nombreux témoins, Il remonte triomphalement au ciel d’où il était venu, par sa propre puissance : “Nul n’est monté au Ciel, sinon celui qui est descendu du Ciel, le Fils de l’homme, qui est au Ciel” (Jn 3, 13).

L’Ascension, c’est l’entrée de Jésus dans la Gloire, le témoignage de sa Divinité, sa victoire définitive sur le mal et sur le péché, en attendant son retour dans la gloire à la fin des temps (Ac 1, 11. 1ère lecture).

Pour nous, l’Ascension est la source d’une grande espérance : en Jésus, c’est notre humanité qui entre au ciel. C’est pour nous la promesse d’y parvenir aussi un jour.
Cela doit exciter en nous un grand désir du Ciel et la volonté de tout faire pour y arriver.

Car nous sommes faits pour le Ciel : c’est le but final de notre vie. On s’y prépare en donnant à Dieu la priorité dans toute notre vie, que ce soit dans la prière ou dans tout ce que nous faisons.
Et pour laisser à Dieu la première place dans notre cœur, il faut se détacher des choses de la terre, car “ce qui se voit est provisoire, ce qui ne se voit pas est éternel” (2 Co 4, 18).

Attitudes d’âme à faire partager

Emerveillement devant la puissance de Jésus qui monte au ciel par sa propre puissance.
Joie de l’allégresse de Jésus qui retourne dans la gloire de son Père.

Espérance d’aller le retrouver au Ciel : Il nous y attend et nous prépare une place.

Désir du Ciel : tout faire pour y arriver.

Tendre vers les choses d’en haut, non pas vers celles de la terre (Col 3, 2).

Même si Jésus a quitté la terre et que nous ne pouvons plus Le voir, Il reste avec nous au tabernacle. Ayons foi en sa présence : “Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde” (Mt 28, 20).


Pour prier

Je suis sorti du Père et je suis venu dans le monde.
Maintenant, je quitte le monde et je vais au Père. Alléluia ! (Jn 16, 28)

Vous êtes ressuscités avec le Christ : recherchez donc les réalités d’en haut,
là où est le Christ, assis à la droite de Dieu.
Tendez vers les réalités d’en haut, et non pas vers celles de la terre. (Col 3, 1-2)

Mon Dieu, j’espère avec une ferme confiance que vous me donnerez, par les mérites de Jésus-Christ, votre grâce en ce monde et, si j’observe vos commandements, le bonheur éternel dans l’autre, parce que vous l’avez promis et que vous êtes fidèle dans vos promesses. (Acte d’espérance)