11 – LE BAPTÊME DE JÉSUS (formation)

Quatre points importants à revoir avant d’en parler aux enfants :
– Jésus se met au rang des pécheurs
– Manifestation de la Sainte Trinité
– Par son Baptême, Jésus sanctifie l’eau en vue de notre baptême
– Vivons donc en conformité avec notre dignité de chrétiens : sanctifiés, divinisés par le Christ.


Dans le sillage de la fête de l’Épiphanie, l’Église célèbre deux autres événements de la vie de Jésus : son Baptême et les Noces de Cana. l’Église chante ces trois évènements aux Vêpres de l’Épiphanie.

Nous célébrons trois mystères en ce jour :

aujourd’hui, l’étoile a conduit les mages vers la crèche ;
aujourd’hui, l’eau est changée en vin aux noces de Cana ;
aujourd’hui, le Christ a été baptisé par Jean dans le Jourdain pour nous sauver.
(Antienne de Magnificat aux Vêpres de la fête de l’Épiphanie)

Le mot “épiphanie” veut dire “manifestation” : dans chacun de ces événements, Jésus se manifeste comme Dieu.
Ces trois premières manifestations de la divinité de Jésus, l’Eglise tient à les honorer particulièrement.
La fête du Baptême du Christ est célébrée le dimanche qui suit la fête de l’Épiphanie.
Plusieurs enseignements sont à méditer :

Jésus se met au rang des pécheurs

Par ce baptême, où Il inaugure sa vie publique, Jésus se présente dans la file des pécheurs, Lui qui n’a jamais péché, mais prenant sur Lui tous nos péchés, ceux de l’humanité tout entière.
D’où la réticence de Jean-Baptiste :

“C’est moi qui ai besoin d’être baptisé par Toi, et c’est Toi qui viens à moi “ (Mt 3, 14)

Jésus prend nos péchés et, en échange, Il nous communiquera sa vie divine.

Le Baptême de Jésus, c’est, de sa part, l’acceptation et l’inauguration de sa mission de Serviteur souffrant. Il se laisse compter parmi les pécheurs ; Il est l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde (Jn 1, 29) ; déjà, Il anticipe le “baptême” de sa mort sanglante.
(CEC 536)

Manifestation de la Très Sainte Trinité

Cet acte d’humilité est immédiatement agréé par son Père qui accrédite sa mission de Messie Sauveur.

Celui-ci est mon Fils bien-aimé : en Lui j’ai mis tout mon amour. (Mt 3, 17)

Simultanément apparaît le Saint-Esprit sous la forme d’une colombe, qui repose sur Jésus : première manifestation de la très Sainte Trinité (la seconde aura lieu à la Transfiguration).

Alors l’Esprit atteste sa divinité, car il accourt vers celui qui est de même nature.
Une voix descend du ciel, pour rendre témoignage à celui qui en venait…
(saint Grégoire de Nazianze, sermon pour la “fête des Lumières”)

Par son baptême, Jésus sanctifie l’eau en vue de notre baptême

Le baptême donné par Jean-Baptiste était seulement un baptême de pénitence, qui donnait à ceux qui le recevaient le pardon de leurs péchés, mais ne pouvait nullement leur communiquer la vie divine, comme le fait le baptême-sacrement que nous recevons de l’Eglise.

En étant plongé dans l’eau du Jourdain, Jésus communique à l’eau sa puissance divine en vue de notre propre baptême : c’est ainsi que nous sommes “divinisés” par la grâce du baptême.

Le Seigneur Jésus est venu au baptême, et il a voulu que son corps très saint soit lavé par l’eau.
Quelqu’un dira peut-être : “Lui qui est Saint, pourquoi a-t-il voulu être baptisé ?” Ecoutez donc.

Le Christ est baptisé non pas pour être sanctifié par l’eau, mais pour sanctifier Lui-même l’eau et pour purifier par sa pureté ces flots qu’Il touche.
La consécration du Christ est en effet la consécration fondamentale de l’élément.

Lorsque le Sauveur est lavé, c’est alors que l’eau est d’avance purifiée tout entière en vue de notre baptême ; la source est purifiée pour que, dorénavant, la grâce du baptême soit administrée aux peuples à venir. Le Christ a donc reçu le baptême par avance pour que les peuples chrétiens prennent sa suite avec confiance.
(Saint Maxime de Turin, sermon pour l’Épiphanie)

Je répandrai sur vous une eau pure, et vous serez purifiés.
De toutes vos souillures, de toutes vos idoles, Je vous purifierai.
Je vous donnerai un cœur nouveau, et Je mettrai au-dedans de vous un esprit nouveau (…)
Vous serez mon peuple, et Moi, Je serai votre Dieu.
(Ez 36, 25-26… 28)

A moins de renaître de l’eau et de l’Esprit, nul ne peut entrer dans le Royaume de Dieu.
(Jn 3, 5)

Vivons donc en conformité avec notre dignité de chrétiens :
sanctifiés, divinisés par le Christ

Vous tous qui avez été baptisés dans le Christ, vous avez revêtu le Christ. (Ga 3, 27)

Par le Baptême, le chrétien est sacramentellement assimilé à Jésus qui anticipe en son Baptême sa mort et sa résurrection : il doit entrer dans ce mystère d’abaissement humble et de repentance, descendre dans l’eau avec Jésus, pour remonter avec Lui, renaître de l’eau et de l’Esprit pour devenir, dans le Fils, fils bien-aimé du Père et vivre une vie nouvelle (Rm 6, 4).
(CEC 537)

Pour nous, honorons aujourd’hui le baptême du Christ, et célébrons cette fête de façon irréprochable.
Soyez entièrement purifiés, et purifiez vous encore.
Car rien ne donne à Dieu autant de joie que le redressement et le salut de l’homme :
c’est à cela que tend tout ce discours et tout ce mystère.
Soyez comme des sources de lumière dans le monde, une force vitale pour les autres hommes.

Comme des lumières parfaites secondant la grande Lumière, soyez initiés à la vie de lumière qui est au ciel ; soyez illuminés avec plus de clarté et d’éclat par la Sainte Trinité, dont vous avez reçu maintenant, d’une façon restreinte, un seul rayon, venant de l’unique divinité, en Jésus Christ notre Seigneur, à qui appartiennent la gloire et la puissance pour les siècles des siècles. Amen.
(saint Grégoire de Nazianze, sermon pour la “fête des Lumières”)

Pour aborder ce sujet avec les enfants