81 – POUR LE MOMENT, C’EST ENCORE UN ENFANT ! (histoire à raconter)

Ce conte d’Épiphanie, une fois lu, permet de rappeler que Jésus est “vrai Dieu et vrai homme”.
Il a voulu être enfant comme tous les autres enfants.
Il nous demande de l’adorer et il a aussi soif d’être aimé
avec la délicatesse attendue par tout enfant.

Télécharger en PDF


♦  Il y a bien longtemps de cela, vivaient en Orient trois rois.

Comme ils savaient lire dans le ciel et comprendre la langue des étoiles, on les appelait les rois mages.

Le premier, Melchior, était le plus âgé des trois et des cheveux d’argent encadraient son bon et doux visage.

Le deuxième, Gaspard, qui était le plus jeune, avait les cheveux châtains et les yeux rieurs. Quant au troisième, Balthazar, il avait la peau noire et portait un turban sur la tête.

Un soir qu’ils regardaient le ciel, les trois rois virent une étoile très claire, brillante comme nulle autre dans le firmament. Ils savaient que cela annonçait, très loin de chez eux, la naissance du Roi du monde.

Cette étoile les appelait !

Alors, ils se préparèrent pour un long voyage, jusqu’à la terre de Judée.

Ils cherchèrent, chacun dans leur palais, ce qu’il y avait de plus précieux pour l’enfant.

L’un choisit l’or, qui est le symbole de la richesse.
Le deuxième choisit l’encens, qui est le symbole de ce qui est sacré.
Le troisième, la myrrhe, qui symbolise les honneurs dus aux grands personnages au moment leur mort.
Des sacs emplis de ces trésors précieux, et de bien d’autres encore, furent chargés sur le dos de dromadaires et la caravane était prête à partir.

Et pourtant, Gaspard, le plus jeune des rois mages, hésitait. Quelque chose semblait le retenir… Mais quoi ?

Gaspard réfléchissait, assis, la tête dans les genoux… Les deux autres mages s’impatientaient !
Quand, soudain, Gaspard retrouva le sourire. Il courut dans son palais, jusque dans la plus haute chambre où il n’était plus entré depuis qu’il était enfant ! Il ouvrit des malles, des coffres et ressortit au bout d’un moment du palais, satisfait. Dans sa main, il tenait un objet qui brillait dans le soleil…

Piqués par la curiosité, Melchior et Balthazar voulaient voir ce cadeau extraordinaire. Gaspard déposa alors son présent sur le sable. C’était un jouet ! Un petit chien en métal peint en blanc et tacheté de noir ! Mais la peinture s’était écaillée à beaucoup d’endroits si bien que le jouet en fer blanc brillait au soleil comme de l’argent pur ! Gaspard fit tourner une clé sur le côté du petit chien et le jouet s’anima ! Le petit chien bondissait en l’air, très haut ; il exécutait même des sauts périlleux ! Il en fit un, et puis encore un autre, puis retomba sur le côté.

Un jeune garçon, le fils d’un chamelier, éclata de rire et battit des mains. « Bravo, bravo ! »

Mais les deux autres Rois mages, eux, ne riaient pas du tout !

” As-tu donc perdu la raison ? s’écria Melchior. Ce n’est pas un cadeau à offrir au Roi des Rois !”

“Pour le Roi des Rois, nous avons emporté des présents d’une grande richesse ainsi que de l’or, de l’encens et de la myrrhe”, répondit Gaspard.

“Mais ce Roi des Rois est aussi un enfant, pour le moment !”
Ce jouet, il est pour l’Enfant Jésus, l’enfant de Bethléem. »

Ils partirent enfin. Les rois mages parvinrent en Judée le 6 janvier, douze jours après Noël. Jésus, le bébé qui venait de naître, leur fut présenté par Marie qui rayonnait d’amour et de joie. Les Rois mages s’agenouillèrent devant l’enfant, l’adorèrent et lui offrirent leurs beaux présents.

Sans oublier le jouet pour l’enfant !

Alors, Jésus, touché au Cœur, ouvrit des yeux rieurs et sourit à Gaspard.